Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

L’Afnic met les TPE et PME en garde contre la recrudescence de cyberattaques durant les Jeux Olympiques de Paris 2024

juin 2024 par Afnic

À l’approche des Jeux Olympiques, l’Afnic, association en charge du .fr ainsi que de plusieurs autres extensions ultramarines et génériques, souhaite aujourd’hui alerter les TPE et PME sur les risques accrus de cyberattaques. Lors des JO de Tokyo en 2021, 450 millions de tentatives de cyberattaques avaient été repérées. Alors que le nombre de cybermenaces ne cesse d’augmenter chaque année, toutes les entreprises, même les plus petites, doivent mettre en place des moyens de se protéger pour garantir leur pérennité.

Les entités de toutes tailles sont aujourd’hui concernées
Contrairement à une idée encore trop répandue, les infrastructures critiques et les grandes entreprises ne sont plus les seules à subir des attaques informatiques. Aujourd’hui, les TPE et PME, souvent moins bien protégées que les grandes organisations, sont également sous le feu des cybercriminels, qui font plus souvent qu’on ne le pense le choix de la facilité. Une première erreur dans la gestion des questions de cybersécurité serait donc, pour les dirigeants de TPE et PME, de ne pas se sentir concernés. Comme le déclare régulièrement le Directeur Général de l’ANSSI, « il n’y a aujourd’hui plus besoin d’être une cible pour être une victime ».

Le facteur humain : une des causes principales de cyberattaques
Le manque de formation et de sensibilisation des salariés de l’entreprise est un point critique. Les erreurs humaines, telles que la négligence dans la gestion des mots de passe, le manque de vigilance face aux emails de phishing, ou encore l’utilisation de périphériques inconnus, augmentent considérablement les risques. Un QR code scanné sans précaution ou une clé USB trouvée par terre puis connectée à un ordinateur peuvent ouvrir la porte du système informatique de l’entreprise à des cybercriminels.

Le site Cybermalveillance propose un parcours de sensibilisation accessible à tous les publics : https://www.cybermalveillance.gouv.fr/sens-cyber/apprendre

Les 5 cyberattaques dont les TPE et PME doivent particulièrement se méfier durant les JO

Les attaques par Déni de Service Distribué (DDoS)
Les attaques DDoS visent à rendre un site web ou un service en ligne indisponible en le submergeant de trafic. Même exécutées sur un simple formulaire de contact sur un site internet, ces attaques peuvent perturber gravement les opérations d’une entreprise. Des attaquants peuvent également menacer l’entreprise d’une attaque DDoS et lui demander une somme d’argent pour ne pas l’attaquer.
• Conseils : la TPE/PME pourra se rapprocher de son hébergeur et lui demander s’il propose des protections contre les attaques DDoS. Il s’agira, par exemple, de couper le flux des requêtes DNS et de les ignorer le temps de l’attaque.
• Les conseils de Cybermalveillance concernant les attaques DDoS

Les attaques par ransomware
Un cybercriminel qui parvient à installer un logiciel de rançon sur le réseau d’une entreprise pourra ensuite en chiffrer les fichiers sensibles et les rendre inaccessibles jusqu’à ce qu’une rançon soit payée pour obtenir la clé de déchiffrement. Bien souvent, même une fois la rançon payée, non seulement les données ne sont pas récupérées, mais elles se retrouvent en vente sur le dark web.
• Conseils : une double approche doit être adoptée. D’une part, des sauvegardes régulières des données doivent être réalisées et, c’est primordial, déconnectées du réseau une fois la sauvegarde effectuée. D’autre part, les mises à jour de sécurité doivent toujours être installées rapidement (en particulier pour les systèmes d’exploitation, les navigateurs internet et les outils de bureautique), car chaque faille de sécurité non corrigée est une porte d’entrée supplémentaire pour infiltrer le réseau et les ordinateurs.
• Les conseils de Cybermalveillance dans le domaine des ransomwares

Le phishing
Pour perpétrer cette attaque, un cybercriminel va envoyer un e-mail ou un SMS frauduleux qui semble provenir d’une source fiable pour inciter le destinataire à révéler des informations sensibles (un mot de passe, par exemple) ou à installer un logiciel malveillant.
• Conseils : l’entreprise doit avant tout former ses salariés à identifier les messages suspects (notamment ceux qui véhiculent une notion d’urgence) et à vérifier l’authenticité des liens et des expéditeurs avant de cliquer ou de répondre. Tous les sujets d’actualité « brûlante » peuvent servir de leurre pour tromper la vigilance des employés et les faire tomber dans le panneau. L’activation d’un 2ème facteur d’authentification (mot de passe + code temporaire) est une mesure de protection très efficace, et l’utilisation d’un filtre anti-spam peut également aider.
• Les conseils de Cybermalveillance concernant le phishing

Usurpation d’identité et fraude au président
Ces attaques impliquent l’usurpation d’identité d’une personne dirigeante de l’entreprise pour tromper les employés et les inciter à effectuer des transferts de fonds ou à révéler des informations confidentielles.
• Conseils : des procédures de vérification strictes doivent être mises en place pour les demandes de transferts financiers, de changement d’IBAN salarié ou fournisseur, ou de divulgation d’informations sensibles, sans exception possible. Ici encore, la sensibilisation des salariés à ces types de fraude doit être réalisée, en parallèle d’une communication interne rigoureuse sur les bonnes pratiques.
• Les conseils de Cybermalveillance dans le domaine des faux ordres de virement

Exfiltration de données et fraude
Le cybercriminel vole ici des informations sensibles comme des données clients ou financières, afin de les revendre sur le dark web ou de les utiliser pour des fraudes telles que l’usurpation d’identité, la fraude à la carte de crédit, la fraude bancaire, le phishing et d’autres formes de criminalité financière.
• Conseils : au-delà d’une protection renforcée des bases de données avec des systèmes de chiffrement et des accès restreints, la TPE/PME devra former ses salariés à reconnaître les tentatives de fraude et à signaler immédiatement toute activité suspecte.

Pour aller plus loin
Cybermalveillance : JOP 2024 : état de la menace et mesures de cybersécurité renforcées pour les petites et moyennes entreprises, associations, collectivités
ANSSI : Grands événements sportifs - Évaluation de la menace


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants