Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Comment prévenir le cyberharcèlement ?

juillet 2023 par Arnaud De Backer Channel Sales Manager EMEA Chez Keeper Security

En 2019, plus de 40 % des moins de 50 ans ont subi des attaques répétées sur les médias sociaux en ligne, dont 22 % des 18-24 ans.

Vous pouvez contribuer à prévenir le cyberharcèlement en protégeant vos données à l’aide d’un gestionnaire de mots de passe, en restant discret sur les médias sociaux et en suivant d’autres bonnes pratiques en matière de cybersécurité pour assurer votre sécurité et celle de vos données. Le cyberharcèlement est un harcèlement répété et effrayant qui comprend des messages et des appels téléphoniques non désirés pouvant contenir des menaces, la surveillance des activités en ligne, le suivi à l’aide d’appareils électroniques, la menace de publier des informations confidentielles et bien d’autres choses encore. Les cyberharceleurs peuvent pirater les comptes et les appareils des victimes afin de voler des données sensibles et d’installer des logiciels malveillants qui leur permettent de suivre et de surveiller la victime.

Les effets du cyberharcèlement

Le cyberharcèlement amène les victimes à craindre pour leur sécurité ou celle d’une personne qu’elles connaissent. Il en résulte des conséquences importantes sur la santé mentale des victimes. Celles-ci peuvent souffrir d’un syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et de symptômes tels que la dépression, l’anxiété, la colère et la peur. Être victime de cyberharcèlement a également un impact financier. Les frais juridiques et les dépenses liées à la récupération ou au remplacement des comptes et appareils piratés peuvent s’avérer coûteux.

Éviter le cyberharcèlement grâce à un gestionnaire de mots de passe

Un gestionnaire de mots de passe est un outil sécurisé qui stocke les mots de passe et d’autres informations confidentielles dans un coffre-fort numérique auquel seul le mot de passe principal de l’utilisateur permet d’accéder. Voici quelques façons dont il peut aider à protéger un utilisateur :

• Protège vos comptes et vos appareils à l’aide de mots de passe robustes : L’un des principaux éléments du cyberharcèlement consiste à compromettre les comptes et les appareils des victimes afin de voler des informations confidentielles, d’installer des logiciels malveillants tels que des enregistreurs de frappe pour surveiller votre activité et de vous localiser. La création de mots de passe uniques et robustes pour chaque compte et chaque appareil contribue grandement à empêcher un cyberharceleur d’y accéder.

• Stocke des fichiers confidentiels en toute sécurité : Les bons gestionnaires de mots de passe vous permettent de stocker et de partager en toute sécurité des dossiers confidentiels. Il s’agit d’une mesure importante pour vous protéger contre les acteurs malveillants, y compris les cyberharceleurs, car ces derniers menacent souvent de divulguer des informations confidentielles obtenues en piratant vos appareils ou vos comptes et en accédant à des fichiers non chiffrés.

• Révoque les autorisations d’accès aux mots de passe et aux fichiers sécurisés : Le partage de fichiers sécurisés est un moyen pratique de partager des mots de passe et d’autres informations confidentielles avec des amis et des membres de la famille. Il vous permet également de révoquer l’accès à un dossier à tout moment, ce qui est important car les auteurs de cyberharcèlement sont souvent des personnes connues de la victime.

Les bonnes pratiques de cybersécurité peuvent aider à prévenir le cyberharcèlement. Le cyberharcèlement n’est jamais la faute de la victime, mais les victimes peuvent contribuer à limiter les dommages et à prévenir le cyberharcèlement en appliquant les bonnes pratiques de cybersécurité, comme l’utilisation de mots de passe forts et uniques, le chiffrement des fichiers et l’utilisation de paramètres de confidentialité en ligne, y compris le blocage d’utilisateurs.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants